Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sample booklet

Articles Récents

8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 06:36

 

Paroles d’un porcelet 


La première fois que je t’ai rencontrée

Etait le jour de ma naissance

Rose et rond, moi oh si potelé

Avec Maman je gambadais gaiement.

 

Avec tendresse tu me regardais et

louais : « oh si rond, si mignon ! »

Chaque jour tu venais apporter de l’eau

fraîche, de délicieuses gâteries végétaliennes.

 

Maman et moi-même étions si touchés

Ta gentillesse vaut plus que de l’or

Je menais une vie paisible

Sous ta protection et tes soins

Devenant de plus en plus potelé chaque jour

à juste manger, me reposer et jouer…

 

Si tendre cette aube

les nuages se déplaçaient à travers le ciel

Blottis l’un contre l’autre, Maman et moi

Ignorant la tragédie qui se préparait ! »

 

Deux jeunes gens musclés

Forts comme des tigres et des éléphants

pressèrent mon petit corps

dans une cage d’horreur !

Il n’y avait aucun moyen de s’échapper !

Ô Dieu, quel purgatoire était-ce ?

 

Je gémissais de peur, terrorisé

Maman, oh Maman, s’il te plaît sauve-moi !

Oh maître,

s’il te plaît viens vite me protéger !

Sauve ma vie, je suis encore si jeune !

 

Maman pleurait de chagrin

Des larmes de désespoir plein les yeux

Les Cieux immenses ne peuvent contenir

Cette effroyable douleur émotionnelle !

 

Mon maître se détournait

les mains affairées à compter de l’argent

Pauvre de moi, je roulais dans la camionnette

Le cœur brisé, plus douloureux

que ma misère corporelle !

 

Les deux jeunes gens discutaient :

« Ce petit cochon va être délicieux !

Demain nous l’abattrons

Pour fêter la naissance

du nouveau-né de cette femme ! »

 

Oh, comme cette vie est ironique

Mon âme est brisée

Des larmes coulent dans mon cœur

comme du sang coulant en filets.

 

Je pensais que tu m’aimais

Me nourrissant jusqu’à maturité

Mais tout ceci n’était que de la comédie

Pour toi, ce n’est que profit et gain !

 

Demain mon corps sera coupé en morceaux

Ma chair et mes os

Transformés en pure torture

Tout cela pour que des gens rient aux éclats

Lors de leur joyeuse fête et réunion.

 

A tes enfants et à ceux d’autrui aussi

Je leur souhaite de longues vies

de sorte que la famille puisse rester unie

sans endurer la même sort que le mien…

 

Je prie que toute la famille vive noblement

D’être humains pendant de nombreuses vies

Et de ne jamais renaître comme cochons

Payant pour toujours les dettes karmiques !

 

Hélas, adieu la vie…

J’ai mal pour ma tendre mère qui souffre

En larme je suis transi…

Oh, Maman ! Maman… Maman…

 

 Poème de Maître Suprême Ching Hai (traduction)

Partager cet article

Repost 0
Published by love bill - dans nos amis les animaux
commenter cet article

commentaires