Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sample booklet

Articles Récents

2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 07:18

Récemment, de plus en plus  de recherches scientifiques indiquent que des quantités énormes de méthane  et d'autre  gaz à effet de serre stockés dans l'océan, le permafrost  et la toundra arctique sont en danger d’être relâchés dans l'atmosphère en raison de réchauffement global.  


Pour en apprendre plus  sur cette question,  Supreme Master Television a récemment interviewé Docteur  David Archer qui détient  un doctorat de Géophysique.   

Ces quinze dernières années,  Docteur Archer a été  professeur à  l'Université de Chicago dans l'Illinois, aux Etats-Unis.  Il est expert  sur le sujet du cycle global de carbone,  se spécialise dans  l'étude des processus  sédimentaires de l’océan,  et enseignent des cours  sur le réchauffement global,  la chimie environnementale  et les cycles de géo-chimie globale.  Docteur Archer  a aussi écrit un livre sur le changement de climat intitulé Réchauffement global  : comprendre  les Prévisions.  

Il est en train de travailler sur un autre livre intitulé D'ici à l’Éternité :  Réchauffement global  à l’époque Géologique.  Dans Planète Terre ce jour :  Notre aimant foyer, nous présentons la 2ème partie de l'interview de docteur Archer.  Y a-t-il un certain niveau de concentration qui une fois atteint produira des événements catastrophiques ?  Je pense personnellement  que nous avons déjà passé une limite dangereuse.  La glace de la mer  dans l'Océan arctique  en 2007 s’est émiettée.  La quantité de glace dans la  mer dans l'Océan arctique  a diminué au cours des  années, mais en 2007 elle s'est effondrée.  Et l’activité de tremblement de terre et  l'accélération de la glace flottante au Groenland,  Je pense que ce sont des  signes que nous sommes déjà  en territoire dangereux.  Une autre façon de spécifier  ou de définir, pour essayer  de répondre à votre question  est de dire quand nous pouvons prévoir que ce n’est pas simplement probablement dangereux,  ça peut aussi être nuisible.  C'est très difficile  de prévoir  mais souvent les gens  définissent un dangereux  changement de température  comme 2°C de réchauffement  sur le niveau naturel.  Jusqu'ici la terre  s’est réchauffée de 0,7°C  et même si la concentration  de CO2 dans l’air devait arrêter de monter  aujourd'hui et rester juste  à 380 pour toujours, la température de la terre  continuerait à monter  de 1°C.  Si nous voulons éviter un réchauffement de plus que  2°C, nous devons geler les émissions de dioxyde de carbone, donc l’industrie  doit arrêter de se développer.  Actuellement, sa croissance  est projetée pour être deux fois plus rapide, deux fois  autant de dioxyde de carbone émis par an dans 50 ans par rapport à aujourd’hui.  Nous devons geler cela et ne pas laisser se développer,  et ensuite dans les prochaines décennies cela doit commencer à diminuer  ou bien nous dépasserons  un changement dangereux de  température de 2°C. 2°C serait le plus chaud  que la terre a jamais été  en des millions d'années,  ainsi essayer de prévoir où  vous aurez des sécheresses  ou si  les ouragans seront beaucoup plus intenses qu'ils le sont aujourd'hui ou  si les niveaux de la mer  pourraient monter des  dizaines de mètres, il serait  très difficile de faire ces  sortes de prédictions parce  que ce serait le plus chaud  que la terre ait été.    

Diriez-vous  qu'il y a un certain  point de non-retour si le réchauffement atteint un  certain degré ?  

Oui, je pense  qu’il y a probablement  un point où  les grandes plaques de glace comme les plaques du  Groenland ou les plaques de l’Antarctique de l'Ouest  commenceraient à couler  dans l'océan et à fondre,  élevant le niveau des mers.  Et ça a peut être déjà commencé ; c'est possible.  Ils peuvent voir  l’accélération de la glace,  coulant plus rapidement  que jamais,  et ils peuvent entendre les tremblements de terre dans la  glace indiquant que la glace coule plus rapidement  que jamais.  Ainsi si les plaques de glace  coulent plus rapidement,  cela pourrait être  un point de non-retour.  A quoi le monde  ressemblerait, vous pensez,  si nous atteignons  ce point ?  Bien, Il y a eu  des époques dans le passé  comme vous l’avez mentionné  où les concentrations de CO2  étaient beaucoup plus élevées qu'aujourd'hui et  quand il y avait quasiment  aucune glace sur la planète.  Ainsi le niveau de la mer  dans un monde si chaud  serait d’environ 70 mètres plus haut  qu'aujourd'hui, ainsi si vous avez simplement regardé  une carte de la terre,  cela semblerait différent.  La Floride aurait disparu,  par exemple, plusieurs  deltas fluviaux déborderaient dans une telle situation.  C’est appelé  un monde surchauffé;  dans un monde surchauffé Il y a beaucoup moins de  différence de température  entre l'équateur  et les pôles donc c’est  quasiment tropical  aux pôles.  Ils découvrent des fossiles de  dents d'alligator, de dents de  crocodile, en Sibérie et en Alaska de ces mondes réchauffés.  Les crocodiles ne peuvent  pas vivre si jamais ça gèle donc ce serait un monde  qui serait entièrement  tropical aux pôles.  Mais les détails de comment  ce climat pourrait travailler  ou combien de gens  il pourrait soutenir  sont difficiles à prévoir,  et ce qui est encore plus dur  de prévoir, en réalité,  est la transition de notre monde relativement frais  à un tel monde.  Toutes Les forêts seraient au mauvais endroit, et mourraient ou de nouveaux arbres se développeraient pour se maintenir face au changement de climat ?  C'est très difficile  de se préparer pour comment la société pourrait s’adapter à une telle transition.   Nous explorerons plus  profondément les effets  du changement de climat  avec docteur David Archer  à notre retour dans Planète  Terre : notre aimant foyer juste ici  sur Supreme Master Television.  Maintenant, nous allons continuer notre interview  sur le changement climatique  avec un professeur de  géophysique, docteur David  Archer de l'Université de  Chicago aux Etats-Unis.  On dirait vraiment que le problème du réchauffement mondial nous dirige  dans une nouvelle direction  où nous  devrons coopérer plus,  les nations  doivent être bienveillantes les unes envers les autres. (Oui)  Et même les individus  auront besoin d’un  changement de mode de vie,  espérons pour le meilleur.  Je pense que c'est vrai,  bien que je pense  qu’ils pourraient changer  l'infrastructure énergétique pour que quand vous  branchez quelque chose dans  le mur cela vienne de source  d'énergie sans carbone.  La vertu individuelle  est une chose puissante  en terme de changement  d'utilisation énergétique mais  cela ne sera pas suffisant. Nous devons arrêter de construire ces centrales électriques à charbon  ou bien tout est perdu.  Je sens  que les Etats-Unis devraient  prendre l'initiative de faire ces changements.  Et je sens aussi que nous avons les ressources, que nous pouvons commencer à développer des technologies d'énergie alternative et ainsi les rendre disponibles au reste du monde.  Donc vous diriez  aux leaders  du gouvernement et  aux décideurs qu’il est temps d’agir maintenant ?  Oui.  J'ai entendu qu’il y a 160 nouvelles centrales électriques à charbon  qui sont prévues ou conçues ou construites aux Etats-Unis seulement et en Chine  ils construisent une nouvelle centrale électrique à charbon  chaque semaine et si  ils construisent tous cela  alors tout est perdu.  Ces centrales électriques  sont un crime contre l'humanité est ce que  je dirais aux leaders.  Allons nous voir l'énergie solaire ou l’hydrogène afin que ce soit écolo, pour  que nous ayons de l'énergie qui ne produit pas de gaz à effet de serre du tout ?  Oui. Ce serait  beaucoup mieux.  L’Hydrogène n'est pas  une source d'énergie;  C’est plutôt une manière de stocker l'énergie.  Nous devons rendre l'hydrogène, donc peut-être que vous pourriez utiliser des cellules solaires pour diviser  l'eau pour faire de  l'hydrogène et utilisez ensuite  l'hydrogène dans une voiture  mais il n'y a aucune place  pour extraire l’hydrogène  donc ce n'est pas une source d'énergie primaire.  Mais il y a beaucoup de lumière du soleil;  Il y a mille fois  plus de lumière du soleil qui frappe la terre chaque jour  que nous utilisons en réalité  dans tous notre  production d'énergie, si  nous pouvions commencer à  moissonner cela, cela résoudrait tous nos besoins.  Je l'ai lu que pour fournir  en énergie les Etats-Unis, cela exige la couverture de  2 % de la surface des Etats-Unis,  qui est environ la surface  couverte par des routes.  Donc cela semble beaucoup,  mais si vous aviez dit à  quelqu'un il y a cent ans  que 2 % de la terre  serait couverte par des routes  il aurait dit  que c’était beaucoup aussi.  Il aurait probablement  dit que c’est impossible.  Restez-vous des nuits entières à vous inquiéter du  réchauffement global ?  Oui, parfois je le fais.  Je ressens que nous avons la technologie pour éviter le réchauffement global.  Nous connaissons des  alternatives pour extraire  l'énergie du charbon, par  exemple, et nous  savons comment construire  des éoliennes et des cellules  solaires et développer  l’efficacité énergétique.  Donc je ne pense pas  que c’est impossible à éviter.  Technologiquement  nous savons comment faire  mais c'est un problème plus difficile socialement auquel l'humanité ait jamais fait face auparavant  parce qu'il exige  une coopération mondiale.  

Il y a deux autres chercheurs de l’université de  Chicago qui ont montré que l'adoption d’un régime végétarien est une des manières les plus efficaces  de réduire les émissions de  gaz à effet de serre.  Avez-vous des commentaires sur leur recherche ?  

Ils ont étudié  très soigneusement.  Il est très clair que quand  vous cultivez du grain et  ensuite alimentez les animaux  et les mangez, vous  perdez 90 % de l'énergie  du grain à l’origine,  et non seulement vous pouvez  nourrir moins de gens  mais comme ils l’ont découvert, cela exige aussi beaucoup plus d'énergie de carburant fossile pour que cela se produise.  Donc ils ont conclu  que suivre un typique régime américain carnivore comparé à un régime vegan est identique à un américain typique  conduisant un 4*4 par  rapport à conduire une Prius.  Cela fait  autant de différences en émissions de CO2.   Avec le  Rapport des Nations-Unies et plusieurs autres observations de scientifiques,  Il est clair qu’adopter un régime végétarien serait une des actions les plus efficaces  qu’un individu peut prendre  pour aider à réduire les effets  du réchauffement global.

Nous remercions sincèrement Docteur David Archer, pour  votre inestimable recherche dans la science  de la géophysique  pour nous fournir avec de nouvelles informations sur notre planète et les effets du changement de climat.   Nous apprécions  votre présence,  intelligents téléspectateurs,  dans Planète Terre :  notre aimant foyer.  Notre émission est diffusée chaque mercredi  ici sur Supreme Master Television. A suivre ensuite, restez avec nous pour Divertissement et Sagesse, juste après  Nouvelles d'exception.  Que vous et vos bien-aimés aient une vie bénie  de l’amour abondant  du Ciel !

Partager cet article

Repost 0
Published by love bill - dans environnement
commenter cet article

commentaires