Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sample booklet

Articles Récents

30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 06:41


Il est peut-être temps de penser à manger moins de viande ?
Ou on continue à réfléchir sur les causes du réchauffement climatique et comment trouver des solutions ?

 


selon lemonde.fr


Plus de deux cent vingt mille personnes tuées et près 200 milliards de dollars (144 milliards d'euros) de dégâts matériels : c'est le coût humain et financier des catastrophes naturelles en 2008, a indiqué lundi 29 décembre le numéro deux mondial de la réassurance, Munich Re. Bien que le nombre de ces catastrophes ait reculé par rapport à l'an dernier (sept cent cinquante contre neuf cent soixante), l'année 2008 a été "l'une des plus dévastatrices" après les ouragans de 2005 et le tremblement de terre de Kobé en 1995.


Une série de cyclones tropicaux et le séisme qui a secoué le sud-ouest de la Chine en mai ont été particulièrement dévastateurs en termes de vies humaines et de pertes financières, précise le rapport annuel du groupe allemand, dont les expertises dans le secteur des catastrophes naturelles font référence. "La tendance à long terme que nous observons se poursuit : le changement climatique a déjà commencé et contribue très probablement à une météo extrême de plus en plus fréquente et ainsi aux catastrophes naturelles qui s'ensuivent", commente Torsten Jeworrek, membre du directoire de Munich Re, dans un communiqué.


FORTE HAUSSE DES PERTES ASSURÉES

En 2008, l'Asie a été de nouveau le continent frappé par les plus graves catastrophes naturelles. Le cyclone Nargis, qui a dévasté le sud de la Birmanie début mai, a fait plus de cent trente-cinq mille morts tandis qu'au moins soixante-dix mille personnes ont perdu la vie dans le tremblement de terre du Sichuan, en Chine.

Les pertes assurées – couvertes par les compagnies d'assurance et de réassurance – ont grimpé quant à elles, selon les estimations de Munich Re, de 50 % environ par rapport à 2007 pour atteindre 45 milliards de dollars (32 milliards d'euros), non loin des 50 milliards déboursés par le secteur en 2005, année record, marquée notamment par les dégâts causés par le cyclone Katrina. Pour les pertes assurées, l'ouragan Ike, qui a notamment frappé Haïti et les Etats-Unis, a été l'événement le plus coûteux de l'année qui s'achève.

Face à la montée des périls, le monde a besoin "de règles efficaces et contraignantes sur les émissions de CO2 pour que le changement climatique soit freiné et que les futures générations n'aient pas à vivre de scénarios climatiques difficiles à contrôler", conclut le communiqué de Munich Re.

Partager cet article

Repost 0
Published by love bill - dans environnement
commenter cet article

commentaires