Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sample booklet

Articles Récents

15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 06:56

L'activité des tremblements de terre qui s’accroît est liée au réchauffement global.

 

 

Le Docteur Tom Chalko, Directeur géophysique de l’Ingénierie de Recherche  Scientifique d'Australie,  a noté une augmentation alarmante de l’activité des tremblements de terre, qui est maintenant  cinq fois plus importante que  c'était la cas il y a vingt ans.  Citant des données de la  NASA qui montrent que la  Terre absorbe actuellement  plus d’énergie de chaleur du  soleil qu’elle est capable de  renvoyer dans l’espace,  le Docteur Chalko a déclaré,  “Ce ‘Déséquilibre thermal '  signifie que la chaleur  produite dans l'intérieur  planétaire ne peut s'échapper  et que l'intérieur planétaire  doit surchauffer.  L’augmentation des activités  sismiques, tectoniques et  volcaniques est une conséquence inévitable  du déséquilibre thermal  de la planète. ”   Le Docteur Chalko presse  la Communauté  internationale scientifique  de partager cette information  avec le public et déclare,  “Les conséquences de l'inaction seront  seulement catastrophiques.  Il n'y a plus de temps  pour les demi-mesures. "  Notre profonde gratitude,  docteur Chalko, d’indiquer le lien entre réchauffement global  et tremblements de terre aussi  comme l’activité volcanique.  

 

 

Flying News sur Supreme Master Television

 


Repost 0
Published by love bill - dans environnement
commenter cet article
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 06:24

Docteur Walt Willett, professeur de médecine à l’université Harvard des Etats-Unis et auteur de “Manger, Boire et peser Moins” (“Eat, Drink And Weigh Less),  a parlé à l’université d'Edimbourg la semaine du 09/06 en Ecosse.

En décrivant son livre recommandant un régime qui inclut moins de viande, de ne pas fumer et plus de légumes et de graines, Dr Willett a dit, “Si nous changions de manière de manger... nous pourrions mettre fin à la crise alimentaire mondiale.
Ce que nous faisons actuellement est trop inefficace pour les ressources du monde, mais en choisissant le régime optimal nous pourrions alimenter le monde entier. ”


Repost 0
Published by love bill - dans environnement
commenter cet article
5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 07:19
Comme peu de gens le savent, il est totalement inutile de laisser sa box ou sa borne allumée 24h sur 24. Il est fortement préférable de la débrancher la nuit et quand  vous ne vous en servez pas. Lors du rebranchement de la box, elle ne met que quelques minutes à redémarrer et ne rallonge pas le temps de démarrage de votre PC ou de votre portable.
 
1 / Economie d'énergie
Ses box sont très consommatrices en énergie, et grosso-modo quelle que soit la marque, elles le sont toutes.
On fait de grosses économies d'énergie en les débranchant lorsqu'on ne s'en sert pas. Vous constaterez que vos factures d'électricité diminuent si vous débranchez régulièrement votre box.
 
2 / Sécurité
Autant être déconnecté d'Internet quand on en a pas besoin, surtout quand le WIFI est activé. Le risque informatique existe dés qu'un système possède des ouvertures. Autant débrancher complètement quand on a pas besoin d'accès.
 
3 / Rayonnement des box avec le Wifi
N'activez la liaison Wi-Fi qu'en cas de nécessité. Voyez si vous pouvez désactiver sa fonction Wi-Fi, soit en utilisant le logiciel qui permet d'accéder à ses réglages, soit en faisant appel à un technicien. Sachez que si votre ordinateur est en marche, il cherchera une liaison Wi-Fi et émettra des rayonnements. Pensez alors à désactiver cette fonction sur l'ordinateur.

4 / Mise à jour de la box
De plus ces box se réinitialisent lorsqu'on les rebranche. La box est ainsi à jour tout le temps avec les dernières versions de la box !

Exemple pour la freebox :
Un Reboot (redémarrage) permet à votre Freebox de rechercher une éventuelle mise à jour du logiciel Freebox pour améliorer son fonctionnement.

Ainsi, un Reboot permet de résoudre un dysfonctionnement et permet également la mise à jour de votre Freebox afin que vous puissiez profiter des nouveautés mises à disposition par Free.

Pour effectuer un Reboot simple de votre Freebox, procédez de la façon suivante :
  • Débranchez le cordon d'alimentation de la Freebox. L'afficheur s'éteint.
  • Rebranchez le cordon d'alimentation. L'afficheur s'allume à nouveau en commençant par "88:88".

Il est conseillé d'effectuer un Reboot de la Freebox chaque semaine. Cette opération vous permet d'obtenir une mise à jour de votre firmware/microprogramme (si une nouvelle version du logiciel Freebox est disponible) et permet également de réduire les perturbations qui peuvent dégrader la qualité des différents services.
 

 
Quelques conseils :
Utilisez de préférence une liaison filaire. Soit en reliant l'ordinateur à la box par un câble Ethernet, soit en utilisant un adaptateur CPL (courant porteur en ligne), qui permet de créer un réseau local en se branchant sur une prise électrique.
    source : lefigaro.fr

 

Voir aussi :

débrancher la darty box !

 


Repost 0
Published by love bill - dans environnement
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 06:24
Source : Site du journal quotidien gratuit Métro-France :
http://www.metrofrance.com/x/metro/2008/04/29/v1RglIponagMs/index.xml

13-05-2008

"Notre assiette, c'est 1/3 des émissions de gaz à effet de serre"

Claude Aubert fait le point sur le lien entre agriculture et réchauffement climatique quelques jours après un colloque international qui s'est tenu à Clermont-Ferrand.
Claude Aubert, ingénieur agronome, est un des pionniers de l'agriculture biologique dont il fut, dans les années 70, une des grandes figures internationales. Il a été le coordinateur scientifique du colloque « Agriculture biologique et changement climatique ».Claude Aubert a co-écrit avec Nicolas Le Berre "Faut-il être végétarien ? Pour la santé et la planète", Ed. Terre Vivante, 14,25 euros. 
 
Comment est-il possible que notre alimentation soit responsable de plus d'émissions de gaz à effet de serre que les voitures particulières ?
A elle seule, l'agriculture est responsable de 20 à 24% des émissions de gaz à effet de serre. Les émissions totales de GES sont composées à 70% de gaz carbonique, l'essentiel du reste est du méthane et du protoxyde d'azote. Les ¾ de ces deux gaz sont émis par l'agriculture et l'élevage. L'élevage est notamment responsable de ¾ des émissions de méthane à cause de la fermentation entérique et les gaz rotés par les ruminants et les déjections animales en générale. L'émission de protoxyde d'azote par le sol est un phénomène naturel provoqué par les bactéries qu'y travaillent, mais l'utilisation d'engrais azotés chimique augmente fortement leur impact. A cela il faut ajouter les 10% d'émissions de l'industrie, de la distribution et du stockage, jusqu'au congélateur familiale. Le contenu de notre assiette, c'est 1/3 des émissions de gaz à effet de serre, soit presque 3 fois les émissions des voitures particulières. Il ne faut pas oublier que l'industrie agroalimentaire est la première industrie de France, avant le BTP et l'automobile.

L'agriculture biologique représenterait, selon vous, la solution pour réduire ces émissions. Comment ?
D'abord, les émissions de CO2 sont réduites en raison de la non utilisation d'engrais de synthèse, dont la fabrication représente, dans les exploitations intensives, environ la moitié des émissions de CO2. Ensuite, les émissions de protoxyde d'azote (N2O) sont réduites en raison d'apports d'azote plus faibles et d'émissions plus faibles lorsque l'azote provient de moyens de fertilisation naturels comme la fixation par les légumineuses et les fertilisants minéraux ou organiques. De plus, l'agriculture biologique séquestre du carbone dans le sol alors qu'en agriculture conventionnelle on assiste souvent au phénomène inverse à cause de l'appauvrissement des sols. Enfin l'agriculture biologique séquestre davantage de carbone que l'agriculture conventionnelle qui a tendance à appauvrir les terres.

La généralisation de l'agriculture biologique peut contribuer à réduire les émissions de GES, mais est-ce qu'elle peut répondre à une demande croissante de nourriture ?
On a tendance à penser que l'agriculture biologique soit une agriculture pour les riches, alors qu'en réalité c'est justement dans les pays pauvres qu'elle peut permettre d'incrémenter les rendements avec peu d'investissements. Si l'on regarde ce qui se passe dans les pays du Sud, où les rendements sont beaucoup plus faibles, on s'aperçoit que la pratique de l'agriculture biologique permet d'augmenter les rendements, parfois dans des proportions très importantes. C'est même souvent la seule manière d'y parvenir, les paysans pauvres n'ayant pas les moyens de mettre des engrais et des pesticides sur les cultures vivrières. Les investissements se concentrent en effet sur les cultures destinées à l'exportation. Selon des études récentes, une généralisation de l'agriculture biologique conduirait à une augmentation de la production mondiale de plus de 50%, sans augmenter les surfaces cultivées, largement de quoi nourrir les 9 milliards d'habitants de la planète attendus vers 2050.

Est-ce que c'est envisageable ?
D'abord il faudrait veiller à une vulgarisation des techniques utilisées par l'agriculture biologique. Aujourd'hui elles sont méconnues par beaucoup de paysans pauvres alors que la rotation des cultures avec des légumineuses et le compostage ne coûtent rien et peuvent apporter des rendements deux, voire trois fois supérieures. Le problème est que souvent la formation sur le terrain, même en France, est assurée par les firmes chimiques qui ont tout intérêt à vendre leurs produits.  Il y a deux autres conditions pour que l'agriculture bio puisse subvenir aux besoins alimentaires de l'humanité : qu'on limite les cultures consacrées aux agrocarburants et que notre mode de consommation ne se généralise pas. Si tous les habitants de la planète souhaitaient manger autant de viande que nous, il serait mathématiquement impossible d'y subvenir.

Il faut donc consommer moins de viande ?
En France chaque habitant consomme environ 100 kg de viande par an. Dans les pays pauvres, ce sont moins de 10kg. Les chinois ont multiplié par trois leur consommation en 20 ans et atteignent aujourd'hui les 50kg. Les projections de la FAO sont terrifiantes. Notre apport de protéines est aujourd'hui à ¾ d'origine animale e ¼ d'origine végétale : il y a un siècle, c'était l'inverse. Il faut revenir à une alimentation à base de légumes, de céréales et de légumineuses. Les légumes secs (haricots, pois chiches, pois cassés…) contiennent autant de protéines que la viande et le poisson. Non seulement c'est bon pour la planète, mais aussi pour notre propre santé.
Or, des recherches ont conclu que la famille d'aliments qui permettrait d'augmenter son espérance de vie est celle des légumineuses.
Repost 0
Published by love bill - dans environnement
commenter cet article
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 06:02

Crise alimentaire mondiale: la faute à la viande

logo AVF

Les économistes, écologistes et experts mondiaux qui débattent de la pénurie alimentaire actuelle semblent étrangement frappés de cécité. Chacun y va de ses facteurs climatiques, financiers ou politiques, et personne ne voit le principal :

- Si les humains meurent de faim, c’est parce que les animaux d’élevages industriels mangent comme quatre !

Plus de 750 millions de tonnes de céréales sont destinés aux animaux d’élevage, qui sont un gouffre à calories et protéines, avec des pertes de plus de 80 % entre ce qu’on leur donne et ce qu’on en retire. La presque totalité du soja cultivé dans le monde est destiné aux animaux. Mais 850 millions de personnes souffrent toujours de la faim ; et douze ans après le Sommet mondial de l’alimentation [1996] qui promettait de réduire de moitié le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde d’ici à 2015, ce nombre est aujourd’hui plus élevé dans les pays en développement qu’il ne l’était en 1996.

- Avec ce que l’on gaspille pour obtenir à tout prix des produits animaux, on pourrait nourrir 2 milliards de personnes.

Toutes les calories d’origine végétale produites pour les humains dans le monde le sont sur moins d’1/4 des terres agricoles mondiales, le reste étant dédié au bétail. Or il est produit 5 fois plus de calories végétales que de calories animales. La réalité, c’est qu’il faut près de 20 fois plus de superficie pour fournir une calorie animale que pour fournir une calorie végétale.

- Entretenir des animaux d’élevage est une entreprise d’un rendement exécrable et scandaleux.

En 2002, dans son document « Cahier 9 - Nourrir son monde », l’Association Végétarienne de France montrait qu’à chaque fois qu’on accepte une journée sans produits animaux, on dégage assez de terre agricole pour nourrir une autre personne… Aujourd’hui, le monde s’inquiète de savoir comment nourrir les 9 milliards d’humains prévus en 2050. Le monde ferait mieux de s’inquiéter du fait que si le nombre d’animaux d’élevage croit sur les 40 ans à venir comme il a cru sur les 40 ans passés, il faudra en 2050 nourrir aussi 36 milliards d’animaux.

Pourquoi ? Parce que les pays émergents se laissent tenter par les protéines animales : se préparent ainsi un désastre écologique, un désastre économique et un désastre pour la santé. En France, les 2/3 des protéines alimentaires produites sont d’origine animale. Montrons l’exemple ! Subventionnons les productions végétales ; réservons les terres agricoles aux humains ; réduisons notre empreinte écologique ; améliorons notre santé. Adoptons une consommation responsable ! ?

- Dans l’étude des effets néfastes de la consommation de viande sur la planète, les végétariens ont été des pionniers. Écoutons-les avant que le désastre soit irrémédiable.

Communiqué de presse de l'Association Végétarienne de France

www.vegetarisme.fr

Repost 0
Published by love bill - dans environnement
commenter cet article
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 07:01

La semaine dernière, le quotidien le plus lu en Irlande Irish Independent, a invité Maître Suprême Ching Hai pour un interview  pour partager son avis sur ce qui doit être fait pour sauver la planète.

 

Maître Suprême  Ching Hai a pris le temps malgré son programme chargé de répondre à toutes les questions du journal. Ce qui suit est un extrait de  l'interview téléphonique.  

 

Si le monde devenait végétarien, dans quel genre  de monde pourrait-on vivre ?  

 

Nous n'aurions plus  de Terre;  mais nous aurions le Ciel.  Car l'atmosphère  que nous produirions,  tout amour et gentillesse, en raison du régime végétarien,  ce qui signifie pas de  meurtre, pas d’abus et aucune souffrance envers les  animaux, et aussi aucune  maladie pour nous, sera plus  paisible, plus bienveillante. Le positif  attirera le positif et  nous aurons l'abondance de toute nécessité.

Et nous aurons  une conscience heureuse  et un coeur aimant qui retournera à nos êtres, aux humains et aux animaux.  Et ensuite nous vivrons une vie dans l’harmonie parfaite et la paix.


L’article complet intitulé “Le Maître Suprême annonce la voie à suivre” sera publié dans le magazine Independent Irish appelé “la Terre”,  disponible dans les kiosques à journaux à travers tout le pays, en Irlande mardi, le 24 juin 2008.

Nous remercions  Irish Independent pour tous vos efforts d’informer vos lecteurs du mode de vie durable et du choix de devenir végétarien.

 

 

Repost 0
Published by love bill - dans environnement
commenter cet article
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 07:19
Repost 0
Published by love bill - dans environnement
commenter cet article
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 06:30



A voir et à revoir.. N'oublions pas que "Une vérité qui dérange" date de 2005..
Repost 0
Published by love bill - dans environnement
commenter cet article
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 07:18

Récemment, de plus en plus  de recherches scientifiques indiquent que des quantités énormes de méthane  et d'autre  gaz à effet de serre stockés dans l'océan, le permafrost  et la toundra arctique sont en danger d’être relâchés dans l'atmosphère en raison de réchauffement global.  


Pour en apprendre plus  sur cette question,  Supreme Master Television a récemment interviewé Docteur  David Archer qui détient  un doctorat de Géophysique.   

Ces quinze dernières années,  Docteur Archer a été  professeur à  l'Université de Chicago dans l'Illinois, aux Etats-Unis.  Il est expert  sur le sujet du cycle global de carbone,  se spécialise dans  l'étude des processus  sédimentaires de l’océan,  et enseignent des cours  sur le réchauffement global,  la chimie environnementale  et les cycles de géo-chimie globale.  Docteur Archer  a aussi écrit un livre sur le changement de climat intitulé Réchauffement global  : comprendre  les Prévisions.  

Il est en train de travailler sur un autre livre intitulé D'ici à l’Éternité :  Réchauffement global  à l’époque Géologique.  Dans Planète Terre ce jour :  Notre aimant foyer, nous présentons la 2ème partie de l'interview de docteur Archer.  Y a-t-il un certain niveau de concentration qui une fois atteint produira des événements catastrophiques ?  Je pense personnellement  que nous avons déjà passé une limite dangereuse.  La glace de la mer  dans l'Océan arctique  en 2007 s’est émiettée.  La quantité de glace dans la  mer dans l'Océan arctique  a diminué au cours des  années, mais en 2007 elle s'est effondrée.  Et l’activité de tremblement de terre et  l'accélération de la glace flottante au Groenland,  Je pense que ce sont des  signes que nous sommes déjà  en territoire dangereux.  Une autre façon de spécifier  ou de définir, pour essayer  de répondre à votre question  est de dire quand nous pouvons prévoir que ce n’est pas simplement probablement dangereux,  ça peut aussi être nuisible.  C'est très difficile  de prévoir  mais souvent les gens  définissent un dangereux  changement de température  comme 2°C de réchauffement  sur le niveau naturel.  Jusqu'ici la terre  s’est réchauffée de 0,7°C  et même si la concentration  de CO2 dans l’air devait arrêter de monter  aujourd'hui et rester juste  à 380 pour toujours, la température de la terre  continuerait à monter  de 1°C.  Si nous voulons éviter un réchauffement de plus que  2°C, nous devons geler les émissions de dioxyde de carbone, donc l’industrie  doit arrêter de se développer.  Actuellement, sa croissance  est projetée pour être deux fois plus rapide, deux fois  autant de dioxyde de carbone émis par an dans 50 ans par rapport à aujourd’hui.  Nous devons geler cela et ne pas laisser se développer,  et ensuite dans les prochaines décennies cela doit commencer à diminuer  ou bien nous dépasserons  un changement dangereux de  température de 2°C. 2°C serait le plus chaud  que la terre a jamais été  en des millions d'années,  ainsi essayer de prévoir où  vous aurez des sécheresses  ou si  les ouragans seront beaucoup plus intenses qu'ils le sont aujourd'hui ou  si les niveaux de la mer  pourraient monter des  dizaines de mètres, il serait  très difficile de faire ces  sortes de prédictions parce  que ce serait le plus chaud  que la terre ait été.    

Diriez-vous  qu'il y a un certain  point de non-retour si le réchauffement atteint un  certain degré ?  

Oui, je pense  qu’il y a probablement  un point où  les grandes plaques de glace comme les plaques du  Groenland ou les plaques de l’Antarctique de l'Ouest  commenceraient à couler  dans l'océan et à fondre,  élevant le niveau des mers.  Et ça a peut être déjà commencé ; c'est possible.  Ils peuvent voir  l’accélération de la glace,  coulant plus rapidement  que jamais,  et ils peuvent entendre les tremblements de terre dans la  glace indiquant que la glace coule plus rapidement  que jamais.  Ainsi si les plaques de glace  coulent plus rapidement,  cela pourrait être  un point de non-retour.  A quoi le monde  ressemblerait, vous pensez,  si nous atteignons  ce point ?  Bien, Il y a eu  des époques dans le passé  comme vous l’avez mentionné  où les concentrations de CO2  étaient beaucoup plus élevées qu'aujourd'hui et  quand il y avait quasiment  aucune glace sur la planète.  Ainsi le niveau de la mer  dans un monde si chaud  serait d’environ 70 mètres plus haut  qu'aujourd'hui, ainsi si vous avez simplement regardé  une carte de la terre,  cela semblerait différent.  La Floride aurait disparu,  par exemple, plusieurs  deltas fluviaux déborderaient dans une telle situation.  C’est appelé  un monde surchauffé;  dans un monde surchauffé Il y a beaucoup moins de  différence de température  entre l'équateur  et les pôles donc c’est  quasiment tropical  aux pôles.  Ils découvrent des fossiles de  dents d'alligator, de dents de  crocodile, en Sibérie et en Alaska de ces mondes réchauffés.  Les crocodiles ne peuvent  pas vivre si jamais ça gèle donc ce serait un monde  qui serait entièrement  tropical aux pôles.  Mais les détails de comment  ce climat pourrait travailler  ou combien de gens  il pourrait soutenir  sont difficiles à prévoir,  et ce qui est encore plus dur  de prévoir, en réalité,  est la transition de notre monde relativement frais  à un tel monde.  Toutes Les forêts seraient au mauvais endroit, et mourraient ou de nouveaux arbres se développeraient pour se maintenir face au changement de climat ?  C'est très difficile  de se préparer pour comment la société pourrait s’adapter à une telle transition.   Nous explorerons plus  profondément les effets  du changement de climat  avec docteur David Archer  à notre retour dans Planète  Terre : notre aimant foyer juste ici  sur Supreme Master Television.  Maintenant, nous allons continuer notre interview  sur le changement climatique  avec un professeur de  géophysique, docteur David  Archer de l'Université de  Chicago aux Etats-Unis.  On dirait vraiment que le problème du réchauffement mondial nous dirige  dans une nouvelle direction  où nous  devrons coopérer plus,  les nations  doivent être bienveillantes les unes envers les autres. (Oui)  Et même les individus  auront besoin d’un  changement de mode de vie,  espérons pour le meilleur.  Je pense que c'est vrai,  bien que je pense  qu’ils pourraient changer  l'infrastructure énergétique pour que quand vous  branchez quelque chose dans  le mur cela vienne de source  d'énergie sans carbone.  La vertu individuelle  est une chose puissante  en terme de changement  d'utilisation énergétique mais  cela ne sera pas suffisant. Nous devons arrêter de construire ces centrales électriques à charbon  ou bien tout est perdu.  Je sens  que les Etats-Unis devraient  prendre l'initiative de faire ces changements.  Et je sens aussi que nous avons les ressources, que nous pouvons commencer à développer des technologies d'énergie alternative et ainsi les rendre disponibles au reste du monde.  Donc vous diriez  aux leaders  du gouvernement et  aux décideurs qu’il est temps d’agir maintenant ?  Oui.  J'ai entendu qu’il y a 160 nouvelles centrales électriques à charbon  qui sont prévues ou conçues ou construites aux Etats-Unis seulement et en Chine  ils construisent une nouvelle centrale électrique à charbon  chaque semaine et si  ils construisent tous cela  alors tout est perdu.  Ces centrales électriques  sont un crime contre l'humanité est ce que  je dirais aux leaders.  Allons nous voir l'énergie solaire ou l’hydrogène afin que ce soit écolo, pour  que nous ayons de l'énergie qui ne produit pas de gaz à effet de serre du tout ?  Oui. Ce serait  beaucoup mieux.  L’Hydrogène n'est pas  une source d'énergie;  C’est plutôt une manière de stocker l'énergie.  Nous devons rendre l'hydrogène, donc peut-être que vous pourriez utiliser des cellules solaires pour diviser  l'eau pour faire de  l'hydrogène et utilisez ensuite  l'hydrogène dans une voiture  mais il n'y a aucune place  pour extraire l’hydrogène  donc ce n'est pas une source d'énergie primaire.  Mais il y a beaucoup de lumière du soleil;  Il y a mille fois  plus de lumière du soleil qui frappe la terre chaque jour  que nous utilisons en réalité  dans tous notre  production d'énergie, si  nous pouvions commencer à  moissonner cela, cela résoudrait tous nos besoins.  Je l'ai lu que pour fournir  en énergie les Etats-Unis, cela exige la couverture de  2 % de la surface des Etats-Unis,  qui est environ la surface  couverte par des routes.  Donc cela semble beaucoup,  mais si vous aviez dit à  quelqu'un il y a cent ans  que 2 % de la terre  serait couverte par des routes  il aurait dit  que c’était beaucoup aussi.  Il aurait probablement  dit que c’est impossible.  Restez-vous des nuits entières à vous inquiéter du  réchauffement global ?  Oui, parfois je le fais.  Je ressens que nous avons la technologie pour éviter le réchauffement global.  Nous connaissons des  alternatives pour extraire  l'énergie du charbon, par  exemple, et nous  savons comment construire  des éoliennes et des cellules  solaires et développer  l’efficacité énergétique.  Donc je ne pense pas  que c’est impossible à éviter.  Technologiquement  nous savons comment faire  mais c'est un problème plus difficile socialement auquel l'humanité ait jamais fait face auparavant  parce qu'il exige  une coopération mondiale.  

Il y a deux autres chercheurs de l’université de  Chicago qui ont montré que l'adoption d’un régime végétarien est une des manières les plus efficaces  de réduire les émissions de  gaz à effet de serre.  Avez-vous des commentaires sur leur recherche ?  

Ils ont étudié  très soigneusement.  Il est très clair que quand  vous cultivez du grain et  ensuite alimentez les animaux  et les mangez, vous  perdez 90 % de l'énergie  du grain à l’origine,  et non seulement vous pouvez  nourrir moins de gens  mais comme ils l’ont découvert, cela exige aussi beaucoup plus d'énergie de carburant fossile pour que cela se produise.  Donc ils ont conclu  que suivre un typique régime américain carnivore comparé à un régime vegan est identique à un américain typique  conduisant un 4*4 par  rapport à conduire une Prius.  Cela fait  autant de différences en émissions de CO2.   Avec le  Rapport des Nations-Unies et plusieurs autres observations de scientifiques,  Il est clair qu’adopter un régime végétarien serait une des actions les plus efficaces  qu’un individu peut prendre  pour aider à réduire les effets  du réchauffement global.

Nous remercions sincèrement Docteur David Archer, pour  votre inestimable recherche dans la science  de la géophysique  pour nous fournir avec de nouvelles informations sur notre planète et les effets du changement de climat.   Nous apprécions  votre présence,  intelligents téléspectateurs,  dans Planète Terre :  notre aimant foyer.  Notre émission est diffusée chaque mercredi  ici sur Supreme Master Television. A suivre ensuite, restez avec nous pour Divertissement et Sagesse, juste après  Nouvelles d'exception.  Que vous et vos bien-aimés aient une vie bénie  de l’amour abondant  du Ciel !

Repost 0
Published by love bill - dans environnement
commenter cet article
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 07:02

1 hamburger = 1 mois de douches

hamburger.jpg

Dans le numéro de mars/avril du magazine World Watch, publié par le Worldwatch Institute, on peut lire que 2400 litres d’eau sont requis pour produire un hamburger, alors qu’une douche de 10 minutes en consomme typiquement 95 litres. Autrement dit, un seul hamburger équivaut à presqu’un mois de douches, en termes de consommation d’eau! En guise de comparaison, la production d’une tranche de pain requiert 40 litres d’eau, et une pomme, 70 litres. L’article complet est accessible sur le site de Worldwatch.

Repost 0
Published by love bill - dans environnement
commenter cet article