Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sample booklet

Articles Récents

13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 06:23

 

Voici le texte d'un Excellente émission passée sur Supreme Master Television sur des experts des chevaux en Russie Alexander et Lydia Nevzorov qui discutent de pourquoi les sports équestres sont une forme d'exploitation et nuisent aux chevaux.

 

 

http://www.deirdremccay.com/img/spirit-animals/horse5_lg.jpg

 

 

 

 

 

Les images dans le programme suivant sont très sensibles et peuvent être aussi inquiétantes pour les téléspectateurs qu'elles le sont pour nous. Cependant, nous devons montrer la vérité de la cruauté envers les animaux, priant pour que vous contribuerez ainsi à l'arrêter.


Vous suivez la série Arrêter la cruauté envers les animaux sur Supreme Master Television. Cette semaine, les experts de cheval de Russie Alexander et Lydia Nevzorov discutent de pourquoi les sports équestres sont une forme d'exploitation et nuisent aux chevaux. M. Nevzorov, entraîneur de chevaux professionnel, journaliste, réalisateur et ancien parlementaire russe et rédacteur en chef d'une chaîne de télévision Russe, a écrit des centaines d'articles de journaux, et est l'auteur du livre renommé "l'Encyclopédie de cheval".

Il a également dirigé un film reconnu du même nom. Lydia Nevzorov est une hippologue c'est à dire spécialisée dans l'étude des chevaux, et thermographiste équin, c'est à dire spécialisée dans l'imagerie thermique du système locomoteur des chevaux, et le rédacteur en chef de la Grande École Nevzorov et le journal de l'Anthologie Equine NHE.

Le couple est co-fondateur de la Grande École Nevzorov, une école très innovante d'entraînement de chevaux à Saint-Pétersbourg, en Russie. Le Nevzorovs et tous les étudiants et le personnel de la Grande École Nevzorov ne chevauchent pas les chevaux et n'utilisent pas de coercition en entrainant les chevaux. Les chevaux sont traités d'égal à égal. Le Nevzorovs savent que les chevaux sont intelligents, fragiles et sensibles.

La participation à des événements tels que courses de chevaux, saut d'obstacles, polo, démonstrations de rodéo, compétitions de dressage, et spectacles de cirque, sont extrêmement préjudiciables à un cheval. Les recherches approfondies des Nevzorovs et de très nombreuses photographies documentent clairement la nature endommageable de ces soi-disant sports - des images de chevaux se tordant de douleur, avec la peur et le tourment dans leurs yeux, leur corps à l'agonie de la déformation des muscles, leurs bouches bavant de salive et les pattes ruisselant de sueur.

Car, dans le sport équestre, le cheval est exposé à une brutalité et des effets horribles, dans la durée. En fait, les chevaux ne font pas de sport. Et tout ce que l'homme leur fait, les chevaux ne trouvent pas cela intéressant. Et il n' en ont pas non plus besoin, moralement, psychologiquement, physiologiquement, anatomiquement ou autre.

Le dressage est un événement dans lequel le cheval est contraint de faire des choses contre nature, difficiles et des mouvements douloureux. Au cours de sa formation et de sa performance, on lui fait porter un morceau de métal tortueux dans sa bouche, causant une douleur atroce à ses délicates dents, sa langue, ses lèvres et ses mâchoires.

 

Tous le dressage fait à un cheval, le dressage traditionnel, se fait à l'aide d'un instrument en métal placé dans sa bouche qui est appelé un mors, un filet et ainsi de suite. Et cet instrument en métal cause différentes sortes de pression pour un minimum de six des douze nerfs crâniens, causant un choc du trijumeau, créant ainsi une douleur terrible. Ceux qui disent que cela a un effet minime sur le cheval, dans la réalité ne sont pas simplement familiers avec l'anatomie équine et ne comprennent pas les voies des nerfs trijumeau et, essentiellement, toutes les ramifications des nerfs faciaux dans la gueule d'un cheval comme le palais, le palais supérieur, sur la langue, etc, etc. En fait, le métal est un outil de torture, et il est clair que la personne manipule son cheval en infligeant de la douleur afin d'avoir une certaine sorte de plaisir douteux et tout à fait étrange. Mais c'est la douleur dans la bouche du cheval, et ce n'est pas simplement une douleur - c'est une douleur choquante.

 

Dans leurs enquêtes, Alexander et Lydia Nevzorov ont découvert que 99 % des chevaux de sport souffrent de dommages à long terme sur leur dos. La pression sur le dos est causée par deux choses : la selle, tenue par une sangle douloureusement serrée,

et par le poids du cycliste.

Nous avons passé beaucoup de temps à faire des recherches sur cette question. On a fait beaucoup de recherche anatomique, on a eu de nombreuses expériences et on a découvert les nombreuses conséquences sur la maximus cutané et sur le plexus brachial cutané, qui sont les premiers muscles dessous, et les plus minces qui innervent la peau. Quand une mouche se pose sur un cheval, sa peau fait des mouvements convulsifs par les muscles supérieurs. Et je peux vous dire, que sous la pression d'une selle et du cavalier, pratiquement tous les vascularisation, tous les flux de sang dans les muscles s'arrêtent pendant 3 à 4 minutes. Au début, le cheval ressent un engourdissement, similaire à quand vous maintenez votre jambe dans la même position trop longtemps, et puis tout se transforme en une douleur sourde, qui finalement se transforme en douleur qui ne disparaît pas. Pour guérir complètement le dos, et supprimer complétement tous les symptômes, pour vous débarrasser complètement des effets secondaires de la dé- vascularisation de la couche musculaire, il faut d'un an à un an et demi. Fondamentalement, après que la personne descende du cheval pour de bon, il faudra un an et demi jusqu'au moment où le cheval cessera d'être handicapé et d'avoir des maux de dos.

 

Cherchant des moyens puissants pour montrer aux autres l'immense souffrance des chevaux, Lydia Nevzorov a appris la thermographie, une technique d'imagerie infrarouge qui peut démontrer l'énorme pression et les douleurs musculaires que les chevaux endurent.

 

Je suis devenue thermographiste. j'ai commencé à étudier les chevaux à l'aide de la thermographie. On a vu toutes les affreuses plaies, les terribles blessures sous la peau que personne ne voit. Ici, par exemple, ce ne sont que deux images du dos d'un cheval. C'est le dos d'un cheval en bonne santé, et le dos d'un cheval qui travaille dans ce sport sous une selle. La couleur blanche signifie une terrible inflammation, une très haute température. C'est la colonne vertébrale. Voici la moelle épinière. Comparez les deux photos. Ce n'est pas difficile à comprendre. Tout est très clair. Pareil avec les jambes ... en bonne santé - blessées. Chaque vertèbre peut être vue. Le dos et le dos après la selle. C'est clair de suite les blessures qui existent.

Les sabots ne devraient pas être ferrés.

J'ai des livres sur les raisons pour lesquelles les sabots ne devraient pas être ferrés. Mais bien sûr, pour avoir les sabots en bonne santé, le cheval ne doit pas être dans les sports équestres, et ne pas être utilisé dans le travail

ou toute autre activité.

Grâce à son projet intitulé la «Révolution du Cheval», Lydia Nevzorov a résolument informé les gens de l'inhumanité de tous les sports équestres, principalement par des images.

Nous avons commencé le mouvement de la "Révolution du Cheval". Nous avons commencé à montrer des instantanés, des photographies et des vidéos prises au cours de courses de chevaux qui ravissent tant de gens quand ils regardent comment un cheval saute ou ne saute pas par-dessus. Ils apprécient, tapent dans leurs mains et s'accorde un prix, un couvre-cheval, un trophée et ainsi de suite. J'ai pris des photos. J'ai été la première personne au monde à prendre des photos et à publier ces photos qui ont été prises au cours de ces mêmes courses. Les mêmes chevaux, mais d'une perspective différente. Quand il fut évident qu'il y a du sang qui sort de la bouche que personne ne remarque, oui ? Lorsque les signes de névralgie du trijumeau

ont été vu, comme les yeux qui font naufrage et le frisson des lèvres. Tout cela est affreux. Toute cette douleur a des signes physiologiques, qu'on choisit d'ignorer. Nous avons fait une expérience, qui a prouvé que le simple fait de tirer sur un mors met 300 kg de pression sur la mâchoire du cheval. Cela signifie que la douleur est insupportable, choquante, et scandaleuse. Mais les gens accrochent une grande quantité de sangles. D'où provient cette idée et pourquoi ? Il est évident, que si le cheval avait vraiment envie de sauter, alors il ne serait pas nécessaire de mettre tout cela sur sa tête et d'utiliser un fouet.

Pendant les compétitions, les chevaux sont souvent fouettés ou piqués pour aller plus vite. La surcharge de courir à une vitesse maximale et parfois au pas cadencé ainsi que de constamment souffrir de stress aigu et de panique provoque chez les équidés de briser leurs pattes, de déchirer leurs membres, blesser d'autres parties du corps et de devenir sujets de maladies comme les ulcères. La cruauté vicieuse ne s'arrête pas là.

 

Toutes ces choses horribles. Nous savons que les chevaux meurent, si ce n'est à chaque course, alors la deuxième. Si ce n'est pas sur la ligne de course, alors, plus tard, car ils ne vivent pas longtemps. Ne parlons même pas du fait que ces chevaux sont élevés en grand nombre pour en choisir seulement trois pour la course, et apporter le reste aux abattoirs, même s'ils sont encore poulains. Pour quoi faire ? Ils disent que c'est pour améliorer la ligne de race, la sélection et ainsi de suite. Pour quoi faire ? Encore une fois pour la course et pour le bénéfice.

Comme les sports équestres causent tant de douleur et d'angoisse pour les chevaux, pourquoi tant de gens apprécient de regarder ces événements ?

 

En règle générale, les gens ne savent pas cela. Ils essaient d'apprécier et d'accepter le mythe, un doux conte de fées disant que tout cela est normal, tout est bon, que tout cela est acceptable et même plus, que les chevaux aiment le faire. En réalité, c'est une des plus graves tortures, la plus brutale. Je suppose que nos progrès, les preuves scientifiques, les efforts faits par les journalistes, les efforts déployés par les gens normaux, vont pousser le sport équestre au même niveau où nous avons maintenant des combats de chiens, de coqs, ou tout autres combats. Nous allons les laisser au plus misérable, quelque part derrière les garages, derrière les tas de ferraille. Je pense que c'est l'avenir des sports équestres.

Grâce à leurs efforts tenaces visant à alerter le public sur la barbarie des sports équestres, Alexander et Lydia Nevzorov font une différence.

 

Tout a commencé lorsque Alexander a fait le film "L'Encyclopédie du Cheval", qui a provoqué un réel tollé en Russie. Il y a eu des changements. Les gens ont cessé de fréquenter les soi-disant concours hippiques, toutes sortes de saut de cheval et de course. Pas les cavaliers, mais plus particulièrement la présence du public. Ils se sont arrêtés, on peut dire, d'apprécier de regarder du saut de chevaux. Ils ont commencé à réaliser, après avoir vu ce film, que, en réalité, tous cela cause une douleur horrible au cheval et ce n'est pas un divertissement. Une chose merveilleuse dans la ville de Samara (Russie). Ils ont dû fermer l'hippodrome

en raison d'absence de profit. Nous avons aussi contribué à cela, car, en effet, moins de gens ont assisté à toutes ces compétitions. Ils ont fermé l'hippodrome et au lieu ont commencé des courses de voitures. Ils font aussi de la compétition de vitesse là, pareil, mais sans les chevaux.

 

Lydia et Alexander Nevzorov, nous sommes très reconnaissants de votre noble travail de continuellement améliorer le bien-être du cheval. Votre photographie, votre recherche scientifique, votre sagesse et votre détermination aident les gens à comprendre la sauvagerie et la souffrance sous-jacente aux sports équestres. Nous nous réjouissons d'un monde pour bientôt d'harmonie mondiale, où on appréciera et respectera la beauté, l'intelligence et la magnificence des chevaux et de tous les autres animaux.

 

Pour plus d'informations sur Lydia et Alexander Nevzorov, visitez www.NevzorovHauteEcole.com

Je vous remercie de votre compagnie dans le programme d'aujourd'hui. À suivre Divertissement et Sagesse, après Nouvelles d'Exception. Que tous les chevaux aient une vie céleste sur Terre.

Repost 0
Published by love bill - dans nos amis les animaux
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 06:38
Repost 0
Published by love bill - dans nos amis les animaux
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 06:27
Mise à jour importante du 06/02/2011 :
Suite aux nombreuses lettres envoyées, UNILEVER (qui possède la marque LIPTON) s'engage. J'ai notamment reçu le mail suivant de leur part :

"De plus, Unilever s'est engagé à ne pratiquer aucune expérimentation animale sur le thé et les boissons à base de thé avec effet immédiat. Ceci est en ligne avec le positionnement de notre catégorie thé, leader en matière de développement durable environnemental et leader en approvisionnement éthique du thé."

31/01/2011
SVP, Faites l'effort de dire aux fabricants de thé Lipton d'arrêter de torturer les animaux
 
PETITIhttp://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc6/hs016.snc6/166657_178598192170837_178463282184328_466101_2808583_n.jpg ONS :

1. http://action.petaindia.com/ea-campaign/ clientcampaign.do?ea.client.id=111&ea.campaign.id=8877&ea.param.extras=ea_source_code%3Apiadvltea%7Ec%3Dpiltea

2. http://www.thepetitionsite.com/1/lipton-tea--stop-animal-experiments/

- Vous pouvez envoyer également un mail à Lipton pour leur exprimer votre mécontentement : http://www.pourtoutvousdire.com/lipton/contact

- Exemple de lettre : "Madame, Monsieur,

une enquête récente d’une grande association de défense animale chez Lipton a montré que des cochons étaient infectés puis disséqués à vif, que des rats étaient soumis à un régime riche en sucre afin d’endommager leur cerveau, et que des lapins étaient gavés de cholestérol pour scléroser leurs artères.

Aucune de ces expériences cruelles et absurdes n’est légalement requise pour tester du thé, aussi je vous demande de cesser sur le champ toutes ces horreurs.

Effaré par votre absence d’éthique, je me réserve le droit de renoncer immédiatement et définitivement à acheter ou consommer des produits du groupe.

J’ai informé mon entourage sur les agissements de Lipton,preuves à l’appui, et informerai également les commerçants qui proposent vos produits.

Cordialement"


Avant de déguster votre prochaine gorgée de thé, vérifiez l'étiquette sur la boîte à thé ou sur la bouteille, car vous pourriez découvrir que vous buvez une tasse de cruauté envers les animaux. La compagnie Lipton a fait pratiquer des tests sur les animaux. Le géant du thé a causé aux animaux d'horribles souffrances et décès tout simplement pour connaître l'impact de ses produits et leurs ingrédients sur la santé. Pas une des expériences que la société a mené n'était légalement nécessaire pour les fabricants de boissons, et les régulateurs ont déclaré que les expérimentations animales ne sont pas suffisantes pour prouver quoique ce soit.

Dans ces tests cruels et douloureux, des lapins, des souris, des rats et des porcelets ont été torturés, puis tués par décapitation et suffocation, entre autres méthodes.
Voici plus de détails horribles sur ce qui s'est passé pour les animaux qui ont été utilisés dans des expériences de l'entreprise : Les lapins ont été nourris avec un régime riche en cholestérol, conduisant au durcissement extrême des artères. Ils ont ensuite été nourris de thé pour voir si cette boisson pourrait réduire les lésions formées sur les animaux . Après l'expérience, les lapins ont eut leur tête coupée.Les souris élevées affligées d'une douloureuse inflammation de l'intestin ont été nourries avec des ingrédients de thé afin de voir si le thé aurait un effet sur leur condition. Après l'essai, les expérimentateurs ont tué les souris en les étouffant ou en leur brisant le cou.

Les rats forcés de consommer une alimentation riche en sucre, ont dû ingérer du thé pour voir si cette boisson pourrait protéger contre les lésions cérébrales induites par le sucre. D'autres rats ont vu leur paroi abdominale perforée et ont été nourris de thé marqué radioactivement à travers un tube introduit dans l'estomac, afin d'examiner l'absorption du thé dans le corps. Ensuite, ils ont été tués, congelés à l'azote liquide, et écrasés.Les porcelets ont été exposés à E. coli ou toxines et ensuite forcer d'avaler du thé afin de voir si ce breuvage pourrait prévenir la diarrhée. Dans le cadre des essais, les expérimentateurs ont extrait les intestins des porcelets tandis que les animaux étaient encore VIVANTS. Les porcelets ont alors été tués.Des méthodes modernes indemnes de cruauté existent et sont déjà utilisées par d'autres producteurs de boissons de premier plan dans le monde entier.

Nous avons besoin de vous joindre à nous pour dire aux fabricants de thé Lipton de laisser tomber ses tests cruels sur les animaux concernant le thé.
S'il vous plaît, prenez un moment pour signer cette pétition pour exhorter les fabricants de thé Lipton à mettre fin à cette cruauté et à rejoindre Honest Tea, Twinings, thé Stash, Luzianne thé, et d'autres entreprises qui ne pratiquent pas d'expériences sur animaux.

Merci pour ces animaux 

 

Voir aussi :

Stopper la cruauté envers les animaux : la Pêche

Télérama : L'agro-industrie a transformé, avec une cruauté sans pareil, les animaux en produits alimentaires

La cruauté de KFC

Repost 0
Published by love bill - dans nos amis les animaux
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 06:54

Interview de haute volée de Fabrice Nicolino. L'auteur du livre "Bidoche : l'industrie de la viande menace le monde" est toujours aussi pertinent ! 

 

Voir aussi :
Repost 0
Published by love bill - dans nos amis les animaux
commenter cet article
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 06:20

Le livre "Les nobles de la nature" du Maître Suprême Ching hai est disponible à la FNAC des halles


http://www.noblecreations.fr/images/nobles-couverture.jpg


Pour en savoir plus, rendez-vous sur : http://www.noblecreations.fr

Repost 0
Published by love bill - dans nos amis les animaux
commenter cet article
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 07:08

Les livres de la rentrée 2009 : le 7 octobre prochain dans la librairie de Cdurable.info

 

Après Pesticides, révélations sur un scandale français, le nouveau livre de Fabrice Nicolino

vendredi 28 août 2009
Posté par David Naulin

Fabrice Nicolino publie le 7 octobre prochain un livre passionnant et préoccupant sur l’industrie de la viande. Jamais lu ? En tout cas, jamais écrit. Ce livre sur la viande est rempli de très nombreuses révélations sur un univers que personne ne souhaite voir de près. La France a connu après 1945 une révolution de son régime alimentaire qui n’a rien de naturel. Elle consommait peu de viande, elle en « bouffe » des millions de tonnes chaque année.

Qui a voulu ce complet bouleversement ? Les jeunes « technocrates » autour de De Gaulle, après 1958, mais aussi les pontes de l’Inra, un institut public au service direct des intérêts industriels. Ce livre raconte la genèse d’un changement radical, et met des noms sur des actes. Joseph Fontanet, François Missoffe, Edgard Pisani, Edgar Faure, du côté des politiques, suivis par Henri Nallet, Édith Cresson, Michel Rocard quand la gauche a pris le pouvoir en 1981. Raymond Février et Jacques Poly du côté des chercheurs et des techniciens. Tous ont été au service de la bidoche.

Ensemble, ils ont imposé que la France devienne un immense hachoir à viande qui abat chaque année plus d’un milliard d’animaux domestiques. Des animaux traités comme des bêtes, parqués dans le noir, entravés, farcis d’antibiotiques et .d’hormones qui mettent en péril la santé humaine.

Nul n’a jamais parlé ainsi des dangers gravissimes que représentent le MRSA, le MAP, et toutes ces maladies émergentes qui donnent des sueurs froides aux autorités sanitaires.

La situation est-elle hors de contrôle ? Oui. Ce livre révèle que la panique a gagné quantité de bureaux officiels. Et comment l’élevage industriel cherche à masquer des vérités affolantes. Qui sait en France que l’élevage mondial émet plus de gaz à effet de serre que la totalité des transports humains, automobiles, bateaux et avions compris ? Qui sait que notre bétail est nourri par du soja transgénique venu du Brésil, grand responsable de la déforestation en Amazonie ? Qui reconnaît que les demandes chinoise et indienne de viande seront impossibles à satisfaire dans quelques années, faute de sol et d’eau ? Qui ose écrire que la demande globale de viande industrielle conduit tout droit à de nouvelles et tragiques famines de masse ?

Si la France est à ce point sourde et aveugle, c’est que l’agriculture industrielle y fait la loi depuis 1945. Un lobby d’une puissance exceptionnelle s’est installé au cœur même de l’État et ne cesse d’empêcher toute évolution qui remettrait en cause les places et rentes acquises. Ce livre plonge au cœur des mystères et attaque sans hésitation le noyau dur de ce lobby. En donnant des noms : Serge Michels, Louis Orenga, Thierry Coste. Enivrés par un pouvoir sans frein, les défenseurs de la bidoche ont plongé la France dans une crise globale dont elle n’est pas près de sortir. Sauf si. Sauf si le mouvement des consommateurs décide de s’attaquer enfin aux immenses intérêts, visibles ou masqués, de la viande industrielle. Une viande qui est devenue l’ennemi de l’homme.

Fabrice Nicolino est journaliste. Il est l’auteur notamment de Pesticides, révélations sur un scandale français ( 2007) vendu en grand format à 35 000 exemplaires. Consulter son blog.

- Références : Bidoche de Fabrice Nicolino - Editeur : Editions LLL, les liens qui libèrent - Date de parution : 7 octobre 2009

Repost 0
Published by love bill - dans nos amis les animaux
commenter cet article
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 06:45
L’ESCLAVAGE EST TOUJOURS PRÉSENT !
Ils sont encore plusieurs dizaines de milliards par an à être entravés, parqués, exploités,
maltraités, torturés et tués, pour le bien d’une espèce dite « supérieure »...

Abolir l’esclavage humain a été méritoire : il n’est jamais facile de se débarrasser d’une tradition
millénaire, enracinée socialement, économiquement et moralement dans l’humanité.
À l’approche du jour des « mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions », que la
France a fixé au 10 mai par le décret du 31 mars 2006, l’AVF tient à rappeler qu’il existe un autre
esclavage, lui aussi enraciné socialement, économiquement et moralement dans l’humanité :
l’esclavage des animaux.
L’immense majorité des animaux qui nous entoure est traitée par l’immense majorité des
humains comme des esclaves, dans la pire acception du terme.
On peut s’en servir dans les laboratoires, on peut les tuer à la chasse ou les asphyxier à la pêche,
on peut les empoisonner quand ils nous gênent, on peut les parquer pour les faire se reproduire,
on peut les gaver jusqu’à les rendre malades, on peut les torturer dans des mises en scène, on peut
leur prendre leur peau, leur chair, on peut en faire exactement ce que l’on veut, en respectant
parfois certaines formes, ce qui ne fait qu’ajouter l’hypocrisie à la cruauté.
Dans la seule catégorie de l’élevage, 24 milliards d’animaux ont été en permanence utilisés dans
le monde en 2007, et près de 60 milliards d’animaux ont été tués cette même année, ce qui
conduit à une effarante moyenne de durée de vie de 5 mois...
           Nous demandons l’abolition de l’esclavage animal, la reconnaissance du caractère
        contingent de la viande dans l’alimentation humaine, l’interdiction de toute pratique
        causant volontairement une souffrance aux êtres sensibles que sont les animaux, et
        l’affirmation de leur droit à vivre une vie personnelle ou sociétale dans le respect de
        leurs besoins propres.
L’esclave humain a été considéré pendant des millénaires comme une chose sans autre valeur que
le profit qu’en pouvait tirer son possesseur. De nos jours, l’idée qu’un être humain ne peut
posséder un autre être humain fait partie du patrimoine moral de l’humanité.
Mais les animaux sont toujours possédés, exploités et aliénés. Parce qu’ils ne « sont pas » comme
nous, parce qu’ils ne « parlent pas » comme nous, parce qu’ils ne « vivent pas » comme nous.
C’est exactement ce que l’on disait autrefois des humains que l’on voulait réduire en esclavage...
            Jusques à quand la forme du corps ou la forme de l’intelligence seront-elles
        discriminatoires ?
Nous devons tous nous réjouir de l’admirable avancée symbolisée par la date du 10 mai. Mais
nous ne devons pas oublier qu’il est malvenu d’établir des hiérarchies entre les injustices. Il n’y a
pas à s’indigner contre un type d’esclavage et à s’accommoder d’un autre. Aujourd’hui,
l’esclavage est toujours présent : c’est celui que nous appliquons aux animaux. Comme l’autre, il
doit disparaitre !
Plus d’informations sur www.vegetarisme.fr
Repost 0
Published by love bill - dans nos amis les animaux
commenter cet article
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 06:54

NATURE. Le magistrat Gérard Charollois signe un ouvrage dénonçant « cette agression »

« Pour en finir avec la chasse »

Gérard Charollois a dédicacé son ouvrage à Périgueux. (Photo A. Loth)
Gérard Charollois a dédicacé son ouvrage à Périgueux. (Photo A. Loth)

Le titre n'y va pas par quatre chemins : « Pour en finir avec la chasse. » L'auteur n'est autre que Gérard Charollois, président départemental de la Sepanso, président national de la Convention Vie et Nature pour une Écologie radicale, et également juge au Tribunal de grande instance de Périgueux. Il a dédicacé son ouvrage vendredi dernier à la librairie Marbot, à Périgueux.

« C'est un livre d'amour pour la nature et pour la défense des êtres vivants. La chasse, comme la tauromachie, est une agression morale. L'homme ne tue pas par nécessité, mais par jeu ».

Et le magistrat poursuit, comparaisons à l'appui : « En France, on n'arrive pas à faire évoluer le droit de la chasse. La plupart des pays européens ont aboli la chasse à courre et ont limité le nombre des espèces qu'on peut chasser. Il est de l'ordre d'une quinzaine, alors que chez nous, il y en a 95. »

Pression des chasseurs

Pour Gérard Charollois, cette situation est due à la pression des chasseurs et « à la puissance des structures corporatistes qui pèsent sur l'État ». Mais il tient à les relativiser. « Les chasseurs ne représentent que 2 % de la population ».

Croit-il pour autant que son ouvrage va faire changer les choses ? « Je pense qu'il contribuera à faire évoluer les mentalités. Notre objectif est de gagner la bataille des idées ».

« Pour en finir avec la chasse », aux éditions Imho, dans la collection « Radiaux libres ». 15 euros.

 

Source : sudouest.com

 

 

Voir aussi :

Les candidats, la chasse et la corrida !

 

Repost 0
Published by love bill - dans nos amis les animaux
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 06:56











 «Si on peut imaginer un cheval ayant deux ou trois lances explosives coincé dans son estomac et à qui on fait tracter le camion du boucher à travers les rues de Londres alors que son sang coule dans le caniveau, nous aurons une idée de la méthode actuelle d'assassinat de la baleine".



Dr Harry D. Lillie,qui a servi en tant
que médecin sur un baleinier
entendu sur Supreme Master Television
Repost 0
Published by love bill - dans nos amis les animaux
commenter cet article
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 07:02
Repost 0
Published by love bill - dans nos amis les animaux
commenter cet article